Salade concombre, champignons de Paris, aneth

Salade concombre, champignons de Paris, aneth

Voici une salade extra fraîche et bien juicy « printemps-automne », avec seulement deux ingrédients : du concombre et des champignons de Paris, que l’on peut réaliser de mars à septembre. Les radis coloreront les assiettes du printemps.

Le concombre est très rafraîchissant et tout comme les champignons de Paris, il contient beaucoup d’eau.

J’aime ajouter une touche acidulée avec le vinaigre et retrouver le goût de l’aneth très souvent marié au concombre (souvent avec du yaourt comme dans le tzatziki).

Pour 2 personnes :
200g de concombre (long ou noa)
100g de champignons de Paris
Quelques radis roses selon la saison
2 cs d’huile d’olive
1,5 cs de vinaigre de cidre ou de vinaigre de kombucha
Fleur de sel
Aneth (selon votre goût)

Salade concombre champignons de Paris radis roses

Lavez le concombre. S’il est bio, vous pouvez conserver la peau ou n’éplucher qu’une bande sur deux, cela le rend plus digeste. Vous pouvez également le blanchir rapidement pour faciliter sa digestion. Je l’épépine très peu, car j’aime qu’il rende un peu d’eau, vous pouvez cependant bien sûr ôter quelques pépins.
Coupez le pied des champignons. Rincez-les rapidement pour ne pas qu’ils absorbent trop d’eau. Vous pouvez aussi les éplucher.
Lavez les radis si vous en ajoutez à la recette.

Coupez les légumes en fines lamelles dans un saladier.
Ajoutez le vinaigre et l’huile, la fleur de sel et l’aneth à votre goût. Mélangez et servez.

Fête d’Imbolc & Brigid

Imbolc

Imbolc, c’est la première fête de l’année sur la Roue celte des saisons : elle célèbre la transition entre le Sostice d’Hiver et l’Equinoxe de Printemps, du 1er au 2 février.

Imbolc honore aussi l’archétype de Brigid.

Ce portail énergétique est une invitation à nous connecter à l’émergence du Printemps, à la vie qui commence à renaître de la dormance de l’hiver. C’est un temps pour honorer la purification, le pouvoir de la renaissance et les désirs de notre âme.

Étymologiquement, Imbolc signifie « in the belly », on pourrait dire « dans la matrice ».

Tout se prépare à sortir de la Terre-Mère, comme si le Vivant s’étirait après un long sommeil. Tout comme nous, qui sortons peu à peu des mois froids et engourdis pour aller de l’avant et renaître à nous-mêmes. L’immobilité de l’hiver fait peu à peu place au mouvement.

Cette fête marque le début du Printemps d’un point de vue énergétique -elle coïncide d’ailleurs cette année avec le Nouvel An chinois. On accueille l’étincelle de vie qui pétille à nouveau doucement, comme les premiers crocus qui se frayent un passage alors que la neige n’a pas encore fondu et les bourgeons pleins de force vitale qui écloront bientôt.

C’est aussi le temps où les premiers veaux et agneaux naissent et sont allaités.

Imbolc c’est donc l’émergence du renouveau, cette confiance dans les cycles de la vie : oui, le Soleil remonte dans le ciel !

Brigid

L’archétype, la déesse qui est associée à cette célébration, c’est Brigid. Je l’ai rencontrée pour la première fois lors de mon premier Teacher Training de yoga en 2004 au Costa Rica. Un voyage incroyable…pour me rencontrer et revenir à moi.

J’ai tiré les cartes d’un oracle et elle était là, la déesse Brigid et le mot associé « Inspiration ». Je l’ai un peu dévisagée, perplexe, sceptique et à la fois émerveillée. Puis l’amie canadienne qui me guidait dans ce tirage a commencé à me raconter son histoire et j’ai senti comme un électrochoc. J’ai enfin aimé mon prénom! Et je me suis reliée à une puissance jusque-là inconnue. Derrière la Sainte qui ne me parlait pas se cachait la Déesse du Feu, de la Créativité et de la Fertilité. Gardienne de l’énergie guérisseuse, de l’inspiration, des arts divinatoires, des poètes, des conteurs et des joailliers, protectrice des sages-femmes et des herboristes. Gardienne de la Triple Flamme et des eaux sacrées, les sources, les rivières. Elle symbolise tout à la fois l’ancrage, la puissance du foyer nécessaires pour accoucher et porter sa Vision dans le monde.

Brigid est un peu la Grande Mère des Celtes. Elle évoque la figure de la jeune fille, en lien avec l’aube. L’étymologie de son nom révèle aussi son aspect solaire.

On dit qu’elle était vénérée par les premières tribus celtes -les Brigands- à s’être installées sur les îles britanniques. La première syllabe de son prénom « Bri » serait à l’origine de « Britain », le nom de la terre de Grande-Bretagne, ainsi que de rivières : Braint au Pays de Galles, Brent en Angleterre, Bridewell en Irlande et à Londres. « Briga » est aussi en langage proto-celtique la racine de «rise » : s’élever.

La plupart des fêtes païennes ont été supplantées au moment de la christianisation par les fêtes religieuses. Les grands portails telluriques ont été conservés pour leur puissance et afin de faciliter l’adoption du nouveau culte chrétien, en calquant les légendes et célébrations des Saint.es sur celles des déités païennes.

Ainsi l’existence mythologique ou véridique de Brigid se fond avec celle de Sainte Brigitte de Kildare, dont le monastère est situé dans la ville éponyme en Irlande.

La fête de la Chandeleur, en lien avec la lumière et la purification, a également été placée sur ce portail énergétique.

Célébration & Rituel

Traditionnellement en Irlande, on tresse une croix de Brigid à 3 ou 4 branches avec des tiges de jonc que l’on place ensuite au-dessus du seuil de la maison. On dit qu’elle apporte protection, notamment contre les mauvais esprits, la faim et le feu.

Credit photo Insta @thewheatweaver

On dispose aussi une bougie blanche, des pots de laits et des miches de pain devant la porte des maisons le soir avant d’invoquer la déesse qui passera pendant la nuit.

Rituel 

Allumez une bougie blanche que vous laissez brûler toute la nuit si vous avez un endroit sécurisé.

Posez vos intentions, vos demandes, vos engagements pour ce Nouveau Cycle. A quoi désirez-vous contribuer, que souhaitez-vous manifester dans le monde ? Quelles idées souhaitez-vous planter ? Prenez un temps pour écrire et vous reconnecter à vos rêves d’enfants et vos désirs profonds.

Prenez soin de votre chez-vous, votre nid, votre ancrage : triez, jetez, rangez !

Belle Fête d’Imbolc et belle Renaissance !!

Salade de mâche, endives et avocat

Une salade d’hiver pleine de nutriments, notamment du fer et des bons acides gras, grâce à la mâche.

Avez-vous remarqué que l’hiver est une saison qui nous offre des salades amères? (frisée, scarole, radicchio, trévise…) L’amertume confère en effet une action sur la vésicule biliaire et le foie, sollicités par une nourriture en générale plus riche et lourde en hiver. L’endive par sa fraîcheur et sa légère amertume vient donc soutenir notre organisme. Elle est également très digeste et diurétique.

La mâche quant à elle contient du fer, des oméga 3 et de la vitamine C ; l’avocat de la vitamine B et de bons acides gras (mono- et polyinsaturés).

Les acides gras essentiels sont indispensables à la bonne santé de notre cerveau et de nos vaisseaux. Ils permettent d’en maintenir l’élasticité, soutiennent la mémoire et favorisent également la souplesse de la peau.

Ingrédients pour 2 personnes :
100 g de mâche
1 avocat
2 endives
Graines de tournesol

Vinaigrette d’umeboshi :
1/2 cc rase de pâte d’umeboshi
2 cs huile olive
1 cc huile de noix
1 cs jus de citron

Salade mâche endives avocat umeboshi hiver printemps healthy life temesira
Coupez la base de la mâche et lavez les feuilles. Ôtez les feuilles extérieures des endives. Coupez les endives en tronçons et l’avocat en dés. Placez tous les ingrédients dans un saladier.
Pour la vinaigrette, émulsionnez la pâte d’umeboshi avec le jus de citron et ajoutez ensuite les huiles. Mélangez bien et versez sur la salade. Ajoutez les graines de tournesol et servez immédiatement.

Salade de radis noir au yaourt et à l’orange

Le radis noir est arrivé sur nos terres d’Europe avant le radis rose pourtant beaucoup plus populaire.

On le trouve sur les étals de septembre à mars.

Selon la Médecine Chinoise Traditionnelle, sa saveur piquante vient nourrir les poumons et le gros intestin et permet à notre énergie vitale de mieux circuler. Le radis noir est très riche en vitamine C, en calcium et antioxydants. Il soutient notre foie et favorise une bonne digestion ainsi que l’élimination des toxines.

Je l’avais déjà mis à l’honneur dans une bouchée sucrée-salée. J’aime bien contraster son caractère avec des saveurs plus douces ou onctueuses comme l’avocat ou ici le yaourt. L’orange donne aussi un peu de peps à cette salade fraîche. 

Ingrédients pour 2 personnes :

1 petit radis noir

Un peu de zeste d’orange

Je vous propose 2 variantes de sauce :

Sauce vegan :

2 cs de yaourt de soja (à adapter en fonction de votre quantité de radis – j’ai choisi un yaourt grec de soja pour plus de crémeux)

2 cs de jus d’orange

2 cs de vinaigre de cidre

sel (sur la photo j’ai utilisé du sel noir, il n’y a pas de poivre le radis étant déjà piquant)

Sauce aux huiles essentielles * (à éviter si vous êtes enceinte) :

2 cs de yaourt de brebis

1 cs de crème végétale

1 goutte d’huile essentielle de citron

1 goutte d’huile essentielle d’orange douce

1/2 cc de vinaigre d’umeboshi (il s’agit d’un vinaigre très salé donc n’ajoutez pas de sel sans avoir goûté auparavant)

Salade fraîche et piquante radis noir yaourt orange automne hiver printemps foie digestion

Eplucher le radis noir, puis le râper (avec une râpe fine).

Préparer la sauce en mélangeant tous les ingrédients de la variante choisie puis verser sur les radis.

Décorer avec les zestes d’orange.

*NB : Concernant l’ingestion des huiles essentielles, veillez à vous en procurer d’une extrême qualité (bio évidemment et si possible avec une transparence sur les procédés de distillation). Personnellement j’utilise les huiles doTerra (contactez-moi pour en savoir plus)

Porridge cru de sarrasin

Certains ont des collections Printemps-Eté dans leur garde-robe, moi c’est dans l’assiette que ça se passe!
Selon si j’ai besoin de me réchauffer à la saison froide ou au contraire de démarrer la journée plus légère lorsque les journées sont plus clémentes, mes préparations matinales évoluent tout en restant super nutritives, douces et variées. Eh oui, j’ai du mal avec la routine, alors la créativité est un ingrédient important de mes bols !

Je vous présente ici le porridge cru de sarrasin. Sans gluten, il est très digeste tout en étant crémeux et plein de bonnes choses qui rendent vos p’tites cellules heureuses : du fer, des vitamines (B6), du magnésium, des protéines végétales aussi.

Ingrédients pour 1 personne :
4 cs de sarrasin cru décortiqué non toasté (exit la kasha, sinon elle ne pourra pas germer)
1 grosse cs de fruits secs (j’ai choisi des figues & mûres blanches, mais les myrtilles ou les cranberries donneront une jolie couleur rose à votre préparation)
20 g d’oléagineux (au choix : amandes, noisettes, noix du Brésil / de Grenoble / macadamia / cajou, graines de sésame / tournesol / courge…)
50 ml de lait végétal
1 cs d’hydrolat bio, au choix : fleur d’oranger, rose, cassis, lavande
1 cc de pollen
1cc de superaliment (maca, lucuma, açai, caroube : vous pouvez en mixer plusieurs)
en option : miel ou sirop d’agave pour sucrer selon votre goût

Porridge cru sarrasin myrtille açai sans gluten petit-dej healthy

La veille, rincez le sarrasin et faites-le tremper à température ambiante dans un grand volume d’eau légèrement tiède afin de lancer le processus de germination des graines. C’est ce qui va rendre le sarrasin plus digeste et à la fois libérer ses micro-nutriments.
Le matin, rincez les graines à grande eau dans une passoire (vous verrez qu’elles ont développé un peu de mucilage qui les rend légèrement gluantes).
Puis mixez avec tous les ingrédients (retirez la peau des oléagineux auparavant).

Voilà, votre porridge cru de sarrasin customisé est prêt à tout donner !

Porridge cru de sarrasin petit-dej healthy sans gluten