Granola maison aux noix & graines

Comme vous le savez j’adore le petit-dej et le granola en est l’un des ingrédients-phare, super versatile. On peut le mélanger avec du lait, en parsemer les yaourts ou compotes et même le grignoter comme ça. C’est bien aussi pour les brunch et les goûters ou pour faire un crumble-minute.
La bonne nouvelle, c’est que c’est hyper simple et hyper rapide à faire, donc plus d’excuse ! Quand on se met en mode DIY, c’est aussi moins cher que les produits du commerce (même et surtout bio) et on peut choisir d’y mettre exactement ce qu’on aime.

Je me suis inspirée d’une recette de Clea pour faire le mien et ai volontairement choisi d’utiliser le jus de pomme comme liant (au lieu du miel ou du sirop d’agave ou d’érable par exemple), car le résultat est moins sucré, mais tout aussi crunchy bien sûr ! Je suis très gourmande, mais je n’aime pas tellement le goût du sucre, même du « bon » sucre. Je préfère que la saveur des noix et des autres ingrédients reste dominante. D’ailleurs, on ajoute souvent des fruits séchés (cranberries, raisins secs) ou des pépites de chocolat, qui apportent une touche sucrée. D’autre part, le granola est la plupart du temps marié à d’autres ingrédients sucrés (les laits végétaux, les compotes ou fruits cuits dont le sucre naturel ressort, les yaourts parfois fruités aussi).

Côté nutritionnel, on bénéficiera d’un apport en bonnes graisses (les acides gras contenus dans les oléagineux) ainsi qu’en vitamines & minéraux (calcium, zinc, sélénium…selon le choix des noix et des flocons). Un petit-dej beaucoup plus sain et nourrissant que des tartines classiques.

Je vous propose la dernière recette en date que j’ai réalisée. L’avantage du granola, c’est qu’on peut changer les ingrédients à chaque fois qu’on en refait. Je suis partie sur une quantité assez petite (200g) avec une base de 150g de flocons (avoine, sarrasin, riz, quinoa…), 100g d’oléagineux (amandes, noisettes, pistaches, et toute la famille des noix) et 50g de graines (tournesol, courge, sésame…). A vous d’élaborer des combinaisons en fonction de vos goûts !

Ingrédients  :
30g de flocons de sarrasin
120g de petits flocons d’avoine
1 pincée de sel
1/2 càc de cannelle en poudre
30g de noisettes
20 g d’amandes
40g de noix du Brésil
10g de pistaches
30 g de graines de courge
12 g de graines de tournesol
10g de graines de sésame
75 ml de jus de pomme
1 càs d’huile d’olive ou d’huile de coco fondue

En option (à ajouter après la cuisson) : fruits secs, cacao cru ou pépites de chocolat pour varier les plaisirs. Vous pouvez également ajouter des super-aliments (maca, lucuma, caroube…)
Mes 2 pots alliaient mûres blanches & myrtilles et cranberries & raisins secs Thompson.

Granola maison noix graines fruits secs petit dej brunch goûter DIY homemade

Préparation :
Mélangez dans un bol les ingrédients secs : flocons, sel, cannelle et graines.
Concassez grossièrement tous les oléagineux (les noix!) et ajoutez aux ingrédients secs. Puis versez sur ce mélange le jus de pomme mélangé à l’huile. Touillez jusqu’à ce que la préparation soit homogène.
Placez le granola sur une plaque de cuisson (veillez à bien étaler la préparation) et laissez cuire 30 mn à 160° (th. 5-6). Surveillez régulièrement pour ne pas que ça brûle et retournez éventuellement.
Laissez refroidir avant d’ajouter les fruit secs, le chocolat et autres super-aliments.
Le granola se conserve dans un bocal en verre jusqu’à 1 mois.

PS : J’ai comme l’intuition que vous allez bientôt doubler les quantités 😉

Abricots parfumés à la lavande & fleur d’oranger

La saison des abricots est à son apogée. Ce fruit juteux à la couleur de l’été est l’un de mes préférés. Cru ou cuit, il est délicieux en tarte, confiture ou compote mais aussi en salade de fruits ou tout simplement à croquer à pleines dents.

L’abricot est arrivé sur le pourtour méditerranéen dans l’Antiquité après avoir voyagé le long de la Route de la Soie depuis la Chine. Il débarque bien plus tard en France, un peu inaperçu. C’est grâce au jardinier de Louis XIV qui l’introduit à Versailles pour que ces dames se pâment, que le fruit dodu redore sa réputation : il était à tort soupçonné de donner la fièvre .

En réalité, il est gorgé de bonnes choses : riche en potassium c’est le bon allié des sportifs. Vous venez de vous surpasser? hop un abricot pour récupérer (pensez aux abricots secs faciles à mettre dans une poche et plus riches en minéraux). Et puis, il contient du bétacarotène : 2 petits fruits couvrent  la moitié de nos besoins journaliers. Cet antioxydant joue également un rôle important pendant la grossesse puisqu’il intervient dans le développement du système immunitaire du bébé in-utéro, le renouvellement cellulaire et nourrit les vaisseaux sanguins, les cartilages et les os. Notez aussi que les besoins en Vitamine A sont plus importants pendant l’allaitement.

Bonne source de fibres, facile à digérer, excellent pour la peau (testez l’huile d’abricot pour une peau toute veloutée), alcalinisant, il a tout pour lui…et pour nous ! Il convient aussi parfaitement à l’alimentation de bébé.

J’ai voulu lui donner la part belle, à travers une recette où il est l’unique protagoniste et où seules les plantes et une petite touche sucrée viennent rehausser ses arômes. Si vous intégrez un oléagineux, cela aide l’absorption du bétacarotène.

Ingrédients (pour 3-4 pers.) :
6 abricots mûrs, charnus et juteux (bio c’est mieux, comme toujours)
1 càs de sirop d’érable
2 càc d’eau de fleur d’oranger (bio)
1 càc de jus de citron
1/2 càc de fleurs de lavande séchées
Quelques graines de sésame ou des amandes grossièrement concassées
en option : 1 goutte d’HE (huile essentielle) de lavande**

Abricots Lavande Fleur d'oranger Sésame Eté

Lavez les abricots et coupez-les en gros morceaux dans un bol.
A part, mélangez le sirop d’érable avec l’eau de fleur d’oranger, le jus de citron et LA goutte d’huile essentielle*. Attention une goutte une seule, car les HE sont très puissantes. Le goût est très présent, ce sera carrément immangeable si vous avez la main lourde.
Versez ensuite cette sauce sucrée sur les abricots et mélangez bien, puis zou, placez au frigo pendant 1h minimum. Juste avant de servir, saupoudrez des feuilles de lavande séchées et de graines de sésame ou amandes.

*Il est indispensable de vous assurer de la qualité des ingrédients que vous laissez entrer dans votre corps ! J’utilise personnellement les HE de la marque dōTerra, certifiées de très haute qualité thérapeutique- CPTG. Il s’agit d’une certification + exigeante que le label bio. Les HE dōTerra sont donc garanties pures, sans pesticides, sans additifs, sans produits de synthèse et sans aucun polluants. Idéal pour la cuisine.
Si vous souhaitez + d’infos sur les huiles dōTerra, n’hésitez pas à me contacter.

** si vous êtes enceintes renseignez-vous bien : certaines HE sont totalement proscrites pendant la grossesse tandis que d’autres peuvent être utilisées à partir du 4e mois. Idem pour l’alimentation des bébés : les HE sont exclues les premières années. Dans le doute, évitez d’en utiliser ou préférez les eaux florales / hydrolats. N’hésitez pas à consulter un(e) spécialiste (aromathérapeute, naturopathe…) en cas de doute.

Porridge de sarrasin – sans gluten

Le porridge est pour moi un souvenir d’enfance.

Ma mère, à l’époque où elle était étudiante, l’avait rapporté dans ses bagages après une année passée en Angleterre.
Au même titre que la semoule de blé, c’était notre plat unique les soirs où mes parents invitaient des amis à dîner.
Quelques raisins secs, ou du miel et un peu de lait froid, sobre et minimaliste. Rien à voir avec les bols débordants colorés et hyper-gourmands qui défilent sur Instagram aujourd’hui.
Et pourtant, malgré cette simplicité, c’était un petit bol tout doux et savoureux qui se mangeait facilement et avait paradoxalement le gout des soirées chaleureuses mêlé à l’excitation des jours de fête.
Ajoutons à cela que mon père nous vantait son pouvoir nutritif hors-pair : un bol au petit-déjeuner nous garantissait des victoires au lancer de tronc en Écosse. Même si j’étais souvent en kilt pendant mon enfance, je me voyais mal troquer mes stylos contre un « caber » et annoncer à mon institutrice que je migrais dans les Highlands en mode compétition! Mais j’aimais bien l’idée d’être une fille et me sentir investie d’une certaine puissance.

Revisiter le porridge, c’est un peu comme magnifier la madeleine de mon enfance : en garder l’essence tout en y ajoutant des petites touches gourmandes au gré de l’humeur et de la saison.

Comfort food d’hiver par excellence, il est parfait pour le petit-déjeuner, le brunch ou au goûter. Et à l’heure où j’écris, le Printemps a déjà pointé, mais la fraîcheur ambiante invite à faire gonfler les flocons pendant quelques jours encore. Je vous livre ici une recette sans gluten mais avec tellement de plaisir!

Ingrédients pour 1 personne :
– 20 g de flocons de riz
– 20 g de flocons de sarrasin
– 150 ml de lait de sarrasin + 50 ml (ou de noisette qui se marie aussi très bien avec le blé noir)
– 1 cs de purée de noisette
– 1 cc de pollen
– 1 abricot sec (ou une datte medjool)
– quelques lamelles de poire pochée ou cuite au four

Porridge sarrasin sans gluten

Dans une petite casserole versez les 150ml de lait avec les flocons et couvrez. Mélangez régulièrement à feu moyen jusqu’à ce que la préparation soit crémeuse.
Versez dans un bol et ajoutez les 50 ml de lait froid. Vous pouvez détendre légèrement le porridge. Moi j’aime bien quand il y a cette petite surface lactée, cela fait, je trouve, toute la différence. Le porridge va continuer à absorber le lait. Ajoutez ensuite l’abricot sec coupé en petits morceaux, la cuiller de pollen, celle de purée de noisette et les lamelles de poire.

Et voilà, on s’émerveille devant cette beautyfood et on passe à l’attaque 🙂

Oranges à la cardamome

Je vous présente une rencontre entre la Méditerranée et l’Orient. A la fois sobre et éclatante, douce et épicée. Seulement trois ingrédients-phare : l’orange, l’huile d’olive et la cardamome.

Le mariage orange-huile d’olive, vous le connaissez peut-être davantage lorsqu’on utilise les zestes des agrumes macérées pour parfumer une huile.

C’est une amie italienne, au cours de nos nombreuses conversations culinaires enflammées -évoquant des recettes d’enfance réalisées en un tour de main et à la petite touche insolite-, qui m’a confié le secret de sa mère : un filet d’huile d’olive de très bonne qualité pour sublimer des oranges et transformer l’ordinaire. Je lui évoquai alors mon grand succès de cuisinière estudiantine : des rondelles d’orange juste saupoudrées de cardamome, surprenant tout le monde, carton assuré ! L’idée m’est donc venue de fusionner les deux recettes en ajoutant une petite note de miel.

Ingrédients pour 2 personnes :
2 oranges
1 càc de miel d’acacia ou mille fleurs
Un petit filet d’huile d’olive de très bonne qualité (première pression à froid, bio)
2-3 capsules de cardamome

Oranges cardamome

Pelez les oranges (en mode suprêmes si vous êtes perfectionniste à l’instant) et coupez-les en fines rondelles que vous disposerez sur de jolies assiettes (ou pas, mais moi j’adore manger du beau dans du beau!) Réservez un peu de jus.
Ouvrez les capsules de cardamome et sauvez (pas pour longtemps) les petites graines à l’intérieur que vous pilerez ensuite au mortier jusqu’à obtention d’une fine poudre. Si vous souhaitez zapper cette étape de torture extrême, vous pouvez utiliser de la cardamome en poudre déjà prête (bio, of course !), même si elle est bien moins puissante que fraîchement moulue. Il vous en faudra 2 pointes de couteau par assiette.
Dans une petite tasse, émulsionnez le miel avec un peu de jus d’orange (celui que vous avez récupéré) et la poudre de cardamome. Versez sur les oranges et ajoutez le filet d’huile d’olive, pas trop d’huile surtout, on ne veut pas, non surtout pas, d’effet vinaigrette. Juste une touche un peu verte, discrète et intrigante.

 Orange