Retraite Reset & Recharge – Yoga, T.R.E & Cercles de femmes – 11 au 13 novembre

Retraite Reset & Recharge – Yoga, T.R.E & Cercles de femmes – 11 au 13 novembre

Au coeur du mois de novembre et de la saison sombre, nous vous proposons de nous retrouver en Cercle autour d’un foyer réconfortant et nourrissant.

L’automne et l’hiver nous invitent à ralentir et à revenir à nous.

Ce retour à soi est à la fois une opportunité pour relâcher les tensions, stress, états de saturation et en même temps une occasion de nous recharger, d’intégrer les expériences des derniers mois et de nous rebrancher à nos besoins profonds pour nous connecter à nos ressources intérieures.

Notre intention est de vous soutenir tout au long de cette retraite pour prendre soin de vous avec des pratiques qui apaisent le système nerveux, permettent un profond lâcher prise, et favorisent un état de sérénité et de paix profonde. Vous repartirez avec des outils concrets que vous pourrez continuer à pratiquer chez vous.

Retraite Reset Recharge Cercle de Femmes Yoga T.R.E partage liens sororite apaisement systeme nerveux

Avec Marie Hubert, nous avons choisi d’allier nos approches corporelles respectives et de mettre l’accent sur le système nerveux.

En voici la raison. Qu’il s’agissent d’évènements impactants de notre vie (chocs ou traumas) ou de tensions plus ordinaires -notre stress quotidien, les contrariétés et la charge mentale que nous accumulons-, tout ce que notre psychée ne digère pas vient se cristalliser dans notre corps. Notre système nerveux autonome génère des réponses à ces stress en régulant au mieux les autres fonctions du corps (digestive, cardiovasculaire, hormonale, immunitaire, respiratoire…) dont il est le chef d’orchestre, afin de préserver notre survie. Son action régulatrice ne lui permet pas pour autant d’éliminer les mémoires engrammées dans les tissus du corps et des déséquilibres chroniques peuvent s’installer.

Grâce à certaines approches corporelles et respiratoires, nous pouvons donner l’occasion au corps d’effectuer ce « Reset » : libérer les tensions, mémoires et vieux schémas, l’état de vigilance et la fatigue accumulée pour maintenir sans cesse notre équilibre.

Une fois que nous touchons à notre sécurité intérieure, nous pouvons ensuite entrer en mode « Recharge » : activer l’harmonisation, la régénération profonde, les capacités d’auto-guérison du corps et un état émotionnel plus stable et en lien avec notre joie intérieure. Nous rechargeons alors nos batteries en profondeur.

Pendant cette Retraite, nous vous proposerons une alternance de pratiques de Yoga, T.R.E®, Cercles de parole et Rituel pour accompagner ce processus de libération et de régénération.

Les sessions de Yoga guidées par Brigitte seront conçues pour harmoniser le système nerveux, défatiguer toutes nos enveloppes et se sentir rechargées. Il y aura des sessions de postures et respiration, et du Yoga Nidra.

Les sessions de T.R.E® (Tension Releasing Exercises – Exercices de Libération des Tensions et Trauma) guidées par Marie permettront le relâchement des tensions accumulées dans nos tissus pour revenir à un état d’ancrage et de sécurité.

Les temps en Cercle seront un espace pour déposer notre parole, et laisser résonner nos vécus et ressentis, en étant pleinement écoutées et accueillies dans notre sensibilité.

Il y aura bien sûr des temps de pause pour laisser infuser et intégrer les pratiques.

LE LIEU – Ferrières en Gâtinais

Le weekend aura lieu en région parisienne à Ferrières-en-Gâtinais, en pleine campagne au bord de la rivière, du vendredi 11 novembre à midi au dimanche 13 novembre vers 16h.

La cuisine de saison sera locale et végétarienne.

Le stage est ouvert à 11 femmes.

Vous serez logées en chambre partagées.

PROGRAMME indicatif

Vendredi midi

à partir de midi installation et repas léger (soupe et tartine)

14-16h Cercle d’ouverture

17-19h30 Yoga doux & T.R.E

20h dîner

Samedi

8h respiration & réveil en mouvement (optionnel)

9h petit déjeuner

10h -12h Yoga

Déjeuner et temps libre

15h T.R.E

17h Cercle

19h Dîner

Soirée : Rituel

Dimanche

8h Respiration et réveil en mouvement (optionnel)

9h Petit déjeuner

10-12h30 T.R.E & Yoga Nidra

Déjeuner

14h Cercle de clôture

Retraite Reset Recharge Cercle de Femmes Yoga T.R.E partage liens sororite apaisement systeme nerveux

INFOS PRATIQUES

Le stage commence le vendredi 11 novembre à midi et se termine le dimanche 13 novembre vers 16h.

Le tarif est de 470€ et comprend :

– l’hébergement en chambre partagée et les repas

– les pratiques avec Marie & Brigitte

Le tarif n’inclut pas :

– le transport jusqu’au lieu

– votre assurance personnelle

Pour vous inscrire, nous demandons le versement de 150€ d’arrhes.

Transport

La gare la plus proche est Souppes – Château-Landon (trains en direction de Montargis, au départ de la Gare de Lyon)

Un navette est organisée pour le train qui arrive à 11h35

Si vous venez en voiture, tenez-nous au courant si vous avez des places en co-voiturage.

Le train de retour vers Paris part à 16h22

Matériel

Apportez votre tapis de yoga pour pratiquer, ainsi qu’un bloc et une sangle si vous en avez.

Prévoyez des chaussettes chaudes pour le Nidra, un châle pour les méditations et les temps en Cercle ainsi que de quoi écrire (carnet / stylo)

Contactez-moi pour vous inscrire

LES FACILITATRICES

MARIE HUBERT

Thérapeute manuelle en Approche Tissulaire de l’Ostéopathie et praticienne certifiée en TRE®, je suis également formée à la cohérence cardiaque. Je me passionne pour tous les outils et approches qui permettent à chacun de retrouver sa souveraineté, et de redevenir acteur de sa santé et de son bien-être. 

Je suis engagée depuis plus de 10ans auprès des cercles de femmes, qui m’ont beaucoup soutenus dans ma vie de mère et de femme. Depuis plusieurs années je fais partie de l’équipe de la Tente Rouge de Paris et transmets aussi l’enseignement des 13 mères originelles. En savoir plus : mesressourcesinterieures.fr

Marie Hubert Cercles de femmes TRE Système nerveux Retraite Reset & Recharge 11-13 novembre

BRIGITTE RIETZLER

Enseignante de yoga et doula, je propose également des soins rituels de passage pour les femmes.

Je transmets des pratiques de yoga dynamiques et douces avec l’intention de nous connecter à notre plein potentiel et notre puissance, tout en prenant soin de nous, de notre équilibre corps-coeur-esprit et de notre ancrage. J’ai à coeur d’ouvrir des espaces pour oser nous reposer et ainsi initier nos actions depuis un lieu profondément ressourcé en nous.

Brigitte Rietzler Temesira Yoga Meditation Pranayama Nidra Vinyasa Hatha flow Yoga Prénatal Sacré Coeur Om Sweet Om Modo Yoga

Contactez-moi pour vous inscrire

Saraswati

Au mois de février en Inde, c’est le festival de Saraswati-Puja, en l’honneur de la déesse du même nom.

Saraswati – les arts, la science, la création

Comme toutes les déités et archétypes, elle possède un certain nombre de qualités et nous renvoie à la façon dont nous manifestons ces qualités et aptitudes dans nos vies.

saraswati-goddess-of-music

Dans le panthéon hindou, Saraswati est la déesse de la sagesse, de l’intuition, de la connaissance, des arts (notamment la musique) et de l’expression. Elle régit toute forme de créativité et représente l’énergie créative qui circule de façon fluide en chacun de nous. Elle est en lien avec le Verbe créateur, le son et  la puissance du mantra.

Sa couleur est le blanc, symbole de pureté. Elle est souvent représentée assise sur un lotus ou un cygne blancs, elle-même vêtue de blanc. Le lotus représente la lumière, la connaissance, la vérité. Le cygne symbolise la capacité de discernement (entre le bien et le mal), la beauté et l’envol.

Les 4 bras de la déesse correspondent aux quatre aspects de la personnalité humaine dans le travail d’apprentissage : l’esprit, l’intellect, la vivacité d’esprit et l’ego.
Elle tient dans ses mains un veena (cet instrument de musique qui ressemble à un luth), un mala (associé au pouvoir de la méditation), un livre qui représente les textes sacrés (Vedas).

saraswati-sitting-on-her-vahana-swan

Comment l’invoquer?

Rituel (puja)  – Péparez un petit autel avec une étoffe blanche et disposez dessus ou à côté des objets en lien avec Saraswati : une image ou statue de la déesse, des fleurs (blanches ou jaunes -couleur associée à la connaissance et la sagesse), des bougies, livres, instruments de musique, pinceaux, votre Journal, ce pour quoi vous vous connectez au pouvoir de l’intuition, des cristaux en lien avec le chakra de la gorge (par exemple une amazonite, agathe à dentelle blanche, lapis lazuli…).

Méditer avec son mantra :

Kichari, plat indien végétarien detox

Cet automne, j’ai expérimenté le kichari sous toutes ses coutures.
Dans le cadre d’une detox ayurvédique, il a été la base de mon alimentation pendant quasiment 1 mois. Autant vous dire que je suis devenue top cheffe en la matière. Déçue au début, car j’obtenais une consistance proche du gloubi-boulga, j’ai finalement réussi à ce que le riz garde un peu de sa tenue. Car je suis de celles qui ne peut pas manger avec plaisir si visuellement le contenu de mon assiette n’est pas esthétique.

Le kichari (parfois écrit kitchari) est un plat végétarien composé de riz basmati (céréale douce pour l’intestin), légumineuse (lentilles, haricot mungo), épices et légumes.
Il est peut être consommé comme plat unique, en mode mono-diète.
L’idée est de mettre le système digestif au repos. Le kichari peut être consommé lors d’une convalescence ou si nous voulons nous remettre d’excès (par exemple après les repas de Fêtes souvent riches et arrosés). Il élimine les toxines accumulées et régènère les tissus sans générer de stress pour l’organisme.
C’est un plat qui convient à toutes les constitutions (on dit qu’il est « tridosha », c’est-à-dire qu’il équilibre les 3 doshas ou constitutions). Nourrissant, facile à digérer, il apporte énergie et satiété. Parfait aussi pour la période du post-partum.

On peut faire une monodiète de kichari le temps d’un weekend par exemple. On consommera donc exclusivement ce plat au dejeuner, ponctué d’infusions chaudes tout au long de la journée (eau chaude et gingembre par exemple) et d’un repas léger le soir (soupe de légumes). Le matin pour le petit-dej vous pouvez préparer une crème douce (à base de farines de céréales).
Au-delà de cette durée, et si c’est dans le cadre d’un traitement, veillez à être supervisés par un praticien en ayurveda (comme ce fut mon cas).

Les épices sont réchauffantes et permettent de stimuler Agni, le feu digestif. Le riz associé à une légumineuse apporte des protéines et des fibres, les légumes des fibres et des vitamines.

Pour que le plat soit le plus digeste possible, on limite le nombre de légumes à 2. La simplicité soulage notre organisme qui a moins d’informations à traiter, d’ingrédients à transformer.
L’idéal est de choisir des légumes de saison qui ont le même temps de cuisson et de les couper en petits morceaux pour que ça soit aussi synchro avec la cuisson du duo céréale + légumineuse.

Ingrédients pour 1 pers pour 1 repas :
110 g de riz basamti blanc bio
40 g de lentilles corail bio
200 g de légumes de saison (carotte et courge en hiver par exemple)
1/2 cc de graines de fenouil
1 cc de cumin en poudre
2 capsules de cardamome : en extraire les graines et les écraser
1 cs de ghee ou huile de sésame (non-torréfiée)
1 cc de curcuma en poudre
1/2 cc de gingembre en poudre
1 pincée de sel
Herbes aromatiques fraîches : coriandre ou persil plat
Option : oignon ou tronçon de blanc de poireau

kichari kitchari ayurveda monodiete detox agni digestion riz légumineuse légume

Rincez le riz et les lentilles abondamment.
Pelez, lavez et coupez les légumes en petits dés (les carottes cuisant plus lentement que la courge, je les coupe en plus petits morceaux)
Dans une casserole, faites chauffer les épices (cumin, fenouil, cardamome) dans le ghee ou l’huile de sésame. Cette étape permet de libérer les saveurs et les propriétés des épices.
Ajoutez un petit oignon émincé ou quelques lamelles de blanc de poireau et faites dorer un peu. Puis ajoutez le curcuma et le gingembre, le riz et les lentilles et remuez pendant 1 mn. Ajoutez ensuite les légumes, remuez à nouveau pour que tous les ingrédients s’imprègnent des épices, puis versez de l’eau froide à niveau et couvrez.
Laissez cuire à feu moyen jusqu’à ce que le mélange fasse de petites bulles, puis baissez à feu doux et laissez cuire jusqu’à ce que la préparation ait absorbé l’eau. Vérifiez de temps en temps si vous avez besoin de rajouter de l’eau, un peu comme pour le risotto (le riz et les lentilles doivent être cuits, vous pouvez aussi piquer les légumes pour vérifier la cuisson).
J’aime bien mélanger de temps en temps le kichari, pour que le riz cuise de façon homogène sans s’agglomérer dans le fond de la casserole et que les épices se diffusent bien.
Servez et ajoutez les herbes aromatiques ciselées et une pincée de sel.

Quelques conseils :
Utilisez des produits frais de saison, bio ou de l’agriculture raisonnée (circuits courts etc.) afin d’avoir le maximum de nutriments et vitamines. Prévoyez la quantité juste pour un repas : évitez de congeler ou de réchauffer. En ayurveda on dit que l’alimentation contient -outre les nutriments et vitamines- du prana (ou du jing dans la diétiétique du Tao), c’est-à-dire un certain niveau de vitalité. Il est donc important de ne pas générer de restes pour que notre alimentation soit vivante.

Combinaisons à piocher par saisons :
Automne-Hiver :
carotte, courge (butternut, potimarron…), panais, épinards (les ajouter coupés en lamelles quelques minutes avant la fin de la cuisson), patate douce, chou-fleur, navet, céleri, brocoli
Printemps-Eté : épinards, petits pois, asperge, courgette, fenouil

Film « Debout » – La résilience grâce au yoga

DEBOUT, c’est l’histoire d’un chemin de résilience grâce au yoga.

Le journaliste Stéphane Haskell, auteur du livre Respire, nous emmène avec lui à travers le monde, son histoire personnelle résonnant en filigrane ; il révèle en images l’universalité et la puissance du yoga.

Le réalisateur rencontre le yoga alors qu’il se retrouve paralysé et que la médecine conventionnelle n’a plus de propositions thérapeutiques pour surmonter son handicap, hormis les anti-douleurs. Commence alors pour lui un chemin de résilience qui lui permettra de renouer avec la vie.

Debout Film Yoga Stéphane Haskell Respire Résilience Cheminement

Son voyage nous porte en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, en Occident, dans des bidonvilles, des prisons, des écoles, des centres de rééducation, des familles… Au coeur de l’humanité.

Partout, au-delà des croyances, des religions, des races ou des classes sociales, le yoga offre à tous un espace de transformation profonde, comme un bâton de pèlerin dans nos quêtes existentielles, nos difficultés, au milieu de l’adversité. Un espace pour mieux vivre, trouver sa place en ce monde, se réparer, se comprendre, s’accepter. Pas de formule magique, juste l’opportunité sur son tapis d’écouter profondément, de respirer, de sentir et se re.mettre en mouvement. Laisser la vie circuler et se reconnecter à notre essence et à la joie simple. Retrouver notre centre, notre alignement sur tous les plans pour devenir la meilleure version de nous-mêmes et manifester notre plein potentiel.

Le yoga rassemble, unit et c’est d’ailleurs bien là son étymologie, puisque le mot vient du sanskritt « jug » qui signifie relier, unir, mettre ensemble.

Allez voir Debout ! Loin des clichés et de l’ésotérisme, c’est un film au coeur du Vivant. Emmenez vos amis même s’ils n’ont jamais posé les pieds sur un tapis de yoga. Juste pour découvrir ces regards, ces expériences et comment chacun peut s’approprier cette sagesse millénaire et la faire vivre dans son quotidien. Pour s’approcher de soi, et de l’Autre.

DEBOUT – Tomber est humain, se relever est divin

« Le yoga nous apprend à soigner ce qui ne doit être enduré, et à endurer ce qui ne peut être soigné » B.K.S Iyengar

Pour trouver une séance près de chez vous (sinon organisez une projection ! 😉 )

 

Lait d’or

Le lait d’or est une boisson aux mille vertus, et aussi un grand plaisir de l’automne et de l’hiver. C’est un joli rituel de faire chauffer sa tasse le matin et de voir le soleil même par temps maussade.

Ce nectar doré est composé essentiellement de curcuma, très présent dans la cuisine et la pharmacopée ayurvédiques. Il a en effet des centaines de propriétés : anti-inflammatoire, anti-dépresseur, excellent pour la digestion ou pour soutenir notre système immunitaire, il aurait aussi des bienfaits pour préserver notre mémoire et prévenir le vieillissement cellulaire. Il lutte aussi contre le stress oxydatif ce qui a tapé dans l’œil des chercheurs qui bossent sur le cancer. Bref c’est un super allié. Mais pour optimiser l’absorption de la curcumine, la synergie avec le poivre noir est précieuse.

Deux étapes sont nécessaires pour fabriquer votre lait d’or.

Lait d'or ayurveda yoga plaisir santé

Ingrédients  pour la pâte de curcuma :
30g de curcuma en poudre
1/2 cc de poivre noir moulu
125 ml d’eau minérale (ou filtrée)

Délayez le curcuma et le poivre dans l’eau pour éviter les grumeaux et faites cuire à feu moyen (ça ne doit jamais bouillir pour que le curcuma conserve ses propriétés) tout en touillant tout le temps (ou presque). Cela prend plus ou moins de temps -selon le type de casserole- pour que le mélange épaississe, je reconnais que ça demande un peu de patience et de disponibilité. ça fait travailler notre esprit yogi 😉 et je vous rassure, ce n’est à faire qu’une seule fois pour avoir son lait d’or pendant 1 mois, alors ça vaut largement le coup ! On obtient donc une pâte homogène, lisse et épaisse qu’on laisse refroidir et qu’on met ensuite dans un pot en verre. Elle se conserve 1 mois au frigo. ça c’est fait !

Faire son lait d’or :
125 ml de lait végétal (riz, avoine ou celui que vous aimez)
1 cc d’huile de coco
1/2 cc ou 1 cc rase de pâte de curcuma
Option : sirop d’érable

Délayez la cuillerée de curcuma dans le lait, ajoutez l’huile de coco et faites chauffer sans porter à ébullition, sinon pfffiout évaporées les belles vertus du curcuma. Pour moi, le lait végétal apporte déjà suffisamment de sucre, mais si vous avez besoin vous pouvez ajouter un trait de sirop d’érable.

O sole mio ! ☀

Purger sa peine, faire Vipassana

Méditation en prison : l’expérience de Tihar en Inde

La méditation en prison, ça marche? Et si oui qu’est-ce qu’elle apporte, comment les gens se transforment en méditant?

C’est l’expérience qu’a voulu mener Kiran Bedi dans la prison de Tihar en Inde et que relate le documentaire ci-dessous.

Cette prison de haute sécurité, située à 7 km de New Dehli, est considérée comme la plus vaste prison d’Asie du Sud-Est avec plus de 12 000 prisonniers accusés des pires crimes et de nombreuses personnes prisonnières de la bureaucratie indienne, en attente de jugement. Assassins, bandits, terroristes, violeurs, pédophiles et psychopathes cohabitent derrière les barreaux de cette geôle dont l’évocation du nom ferait frémir.
Lorsque ce petit bout de femme a été nommé Directrice de l’établissement pénitentiaire en 1993, elle est arrivée avec des idées révolutionnaires et à la fois pleines de bon sens. En effet,  tant qu’à passer du temps enfermé, autant utiliser ce temps de façon constructive. Et comme le but est que les prisonniers se réinsèrent un jour dans la société, puissent trouver leur place et vivent harmonieusement avec les autres sans récidiver, cela paraît pertinent de mettre en place des outils qui les aident à évoluer, à mieux se connaître, à faire la paix avec eux-mêmes, leur histoire et les autres.

Kiran Bedi a donc nourri le projet de faire de Tihar un lieu de développement personnel, un ashram. Elle a d’abord apporté des changements aux conditions matérielles des détenus : facilités à la cantine, lecture, vêtements, radios, meilleurs soins médicaux, visites. Mais elle souhaitait également donner aux prisonniers une opportunité de devenir de meilleurs êtres humains. Elle voulait un changement plus profond que des changements matériels et leur permettre de faire face à leurs problèmes en prenant la responsabilité de leur vie et en sortant des rôles de bourreaux/victimes.

C’est alors que la méditation Vipassana est entrée en scène.

Vipassana kesako ?

Vipassana est une technique de méditation issue de la tradition bouddhiste, c’est celle qui aurait été enseignée par le Bouddha. Vipassana signifie « voir les choses telles qu’elles sont réellement ». C’est une méditation en silence -dont l’initiation dure 10 jours-, dans un cadre moral strict et qui consiste à observer en pleine conscience sa respiration et à maintenir son attention. Puis on observe et on accueille les sentiments, pensées, émotions qui émergent. Il ne s’agit pas de lutter contre cela, mais simplement de revenir à sa pleine attention lorsqu’on se laisse emporter par le flot des pensées. Au fur et à mesure on s’intériorise et l’esprit se calme. On observe les sensations physiques, corporelles, qui nous traversent sans être en réaction. On développe une écoute intérieure qui apporte des réponses.

Vipassana est également l’une des pratiques de méditation la plus étudiée par les scientifiques. D’ailleurs, l’une de ces études réalisée par l’Institut de Vipassana de Dehli (en 2002) s’est basée sur l’observation de l’expérience de Tihar et montre la réduction de la propension à la criminalité dans les prisons.

Introduction et effets de la méditation en prison

A Tihar, la méditation Vipassana a d’abord été introduite auprès des gardiens de prison. Le changement doit être global, nous sommes tous reliés et espérer que les prisonniers changent sans changer l’environnement et les hommes qui travaillent autour d’eux serait illusoire. Les effets ont immédiatement été ressentis par le personnel. Les gardiens ont observé la pacification de leurs émotions (notamment la colère, l’agressivité) et un état plus calme et positif. Puis des stages ont été organisés dans différents quartiers de la prison à une échelle de plus en plus grande. L’idée était de pouvoir maximiser l’impact de la méditation. Kiran Bedi est devenue la chef d’orchestre d’un cours de 1000 personnes avec S. N. Goenka. Là aussi, les prisonniers expérimentent immédiatement un mieux-être et une compréhension de leurs attitudes. Ils perçoivent la sortie du tunnel pour faire la paix en eux, avec leur passé, leur sentiment de culpabilité. Ils voient leur sentiment de compassion grandir et accèdent à leur capacité à pardonner et à se pardonner.

Le succès des cours est tel que le premier centre de Vipassana établi dans une prison est inauguré à Tihar en 1994, proposant des cours bimensuels à la population carcérale.

Tout ne se fait pas du jour au lendemain, c’est évidemment un long chemin, un processus. Car finalement, au delà de la réclusion derrière des barreaux, notre plus grand enfermement est intérieur, prisonniers de nos pensées, de notre passé, des croyances erronées et auto-jugements, otages de nos émotions, bref, de tout ce brouhaha intérieur qui génère une souffrance et un stress continus. Pour autant, l’important est de déclencher le changement, l’envie de travailler sur soi et de voir au fur et à mesure diminuer les émotions et attitudes négatives et toxiques ayant mené à l’irréparable. Garder une constance afin d’essayer d’enrayer les vieilles habitudes et les schémas obsolètes. Et comme toute prise de conscience, lorsqu’on remarque les changements dans notre façon de penser, dans notre comportement, on ne peut plus revenir en arrière.

C’est ce qui s’est produit à grande échelle à Tihar et qui a donné le feu vert à la mise en œuvre d’autres programmes similaires ailleurs dans le monde.

En France, l’association YEP (Yoga en Prison), favorise l’accès à des cours de yoga et de méditation en milieu carcéral. L’association L’Art de Vivre a également développé au niveau international le Programme SMART en prison associant des techniques de réduction du stress, prise en charge des traumas et gestion des émotions négatives.

Alors oui, si chacun de nous, dans ou hors les murs, a l’opportunité et les outils pour se transformer profondément, nous pouvons espérer vivre bientôt dans une société meilleure, dans un monde en paix. Notre paix intérieure est d’ailleurs la condition sinequanone pour la voir se refléter, se manifester dans le monde extérieur.